Rechercher
  • Karin TL

18 mars 2020

Le monde ne tourne pas rond. Il tourne plutôt carré, sous la menace d'un virus tout puissant... Il tourne carré et les hommes ont peur. Il tourne carré et il s'écroule. Chacun se retrouve face à face avec... lui-même ! Pas facile. Pas confortable... Voilà presque six mois que j'ai déménagé dans un pays qui n'existe pas. Dans un pays où, très entourée et aimée, je suis seule. Seule avec mes doutes. Seule avec mes questions... De quoi sera fait demain ? Je ne sais pas. Je ne sais même pas de quoi sera fait ce soir... Tout dépendra de l'état de ma carcasse, de ma fatigue... Je ne sais rien. Pas facile pour quelqu'un qui aimait vivre à 100 000 %, pour quelqu'un qui vivait avec mille projets pour demain, après-demain, après-après-demain ! J'ai appris. J'apprends encore. Avec des rêves plein la tête - car ce n'est tout de même pas ma moelle osseuse qui va m'empêcher de rêver. Non mais... Enfin pour être juste, dans mon drôle de pays, il faisait bien gris depuis vendredi. Depuis les derniers résultats de mes analyses. Même mes lunettes roses n'arrivaient pas à embellir mon petit univers. J'essayais de me préserver des nouvelles de notre monde, tout en m'inquiétant pour ceux que j'aime... Mais le nombre de mes plaquettes occupaient mon esprit, détruisait mon optimisme - ou mon utopisme ? -. Jusqu'à plonger à corps perdu dans le gris, dans un gris bien et trop foncé. "Et si le professeur Tournesol faisait fausse route ? Et si il se trompait de traitement ? Et si..." J'ai partagé - en la tamisant - mon inquiétude avec des amies. Et miracle... J'ai pu, grâce à elles, avoir en ces temps de crise sanitaire, l'avis de deux hématologues sur mon dossier médical. Ma petite personne a été écoutée, entendue, rassurée : mon professeur Tournesol est vraiment un grand chef à plumes au pays des hématos, il a raison d'augmenter mes doses de chimio, etc. Hier soir, j'ai chassé mes craintes. J'ai décidé de vivre, confiante, et non plus de survivre. Elle est pas belle la vie ? Oh que si... même si nous vivons sous cloche. Et c'est quand même plus rigolo de vivre sous cloche qu'en confinement !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

1er mars 2021

Pendant trois semaines, la maison a regorgé d'enfants. De rires. De râleries. De fous rires. De balades. De bonnes bouffes. De "dîner de n'importe quoi". De grandes discussions. De papotis... D'enfan

22 janvier 2021

On me dit souvent "Quand tu râles, c'est bon signe !"... C'est vrai que j'ai la "rouspétance" facile. Au diable ceux qui n'apprécient pas ! Mais... quand je pleure de colère, que je rage, que je rumi

19 janvier 2021

Notes en vrac... Dans la série ça c'est fait... douleurs soudaines dans la main droite alors que j'étais sous la douche. Je lâche donc le pommeau de douche. Et hop, le temps que mon cerveau embrumé ré

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now