Rechercher
  • Karin TL

22 janvier 2021

On me dit souvent "Quand tu râles, c'est bon signe !"... C'est vrai que j'ai la "rouspétance" facile. Au diable ceux qui n'apprécient pas ! Mais... quand je pleure de colère, que je rage, que je rumine toute la journée, rien ne va. Rien ne va car mon corps n'aime plus le stress, la pression. Il me fait payer ma hargne. Je suis vermoulue, épuisée après une nuit ponctuée de jurons après mes douleurs, une nuit rythmée par la prise de médocs "à prendre quand je ne supporte plus mes couacs"... et toujours en colère ! Pourquoi ? Tout simplement car j'ai découvert hier que dans les hautes sphères de la Santé, je ne peux consulter un spécialiste pour un deuxième avis sans avoir l'aval de celui qui me suit. J'adore le professeur Tournesol. Mais j'ai découvert un document d'un autre chef à plume de l'hématologie qui parlait de la douleur liée à la thrombocytémie. Je me suis dit "Youpi ! je vais aller taper la discute avec lui et ainsi peut-être mieux comprendre". Beh... non... car si je ne demande pas le feu vert au professeur Tournesol, pas moyen d'avoir un rendez-vous. Et vous imaginez la tête de mon professeur préféré, si je lui dis que je veux aller voir l'un de ses potes... J'ai pas du tout envie de le vexer ! Donc... pas de deuxième avis ! On me dit que c'est une question de déontologie... Mouai bof... Si mon adorable garagiste me dit que je dois changer les quatre pneus de mon carrosse, j'ai le droit d'aller demander l'avis d'un autre. Sans prévenir le premier. Je suis libre de choisir ! Beh... pas avec ma santé, pas avec mon corps !

En colère aussi, car j'ai une belle ordonnance pour mon vaccin anti covid. Une très belle ordonnance de mon professeur préféré... mais y a plus de place pour se faire vacciner. Et je ne comprends pas pourquoi moi, qui suis considérée à la fois comme "active" sur le plan économique (et même sacrément active quand je réfléchis à ce que je paye comme charges sociales, TVA et impôts !) et prioritaire sur le plan sanitaire, je passe après un papy de 98 ans. Tout comme lui, si le covid frappe à ma porte, je risque de finir branchée à mille tuyaux dans un hosto (thrombocytémie ça rime avec thromboses... et covid aussi !)... mais dans son Epahd, il passe avant moi. Je sais que c'est absolument incorrect d'écrire cela, mais, je suis jalouse. Au diable les biens pensants et moralisateurs ! Tous ces mots ne sont pas beaux. Pas plus beaux que mes mains boursoufflées qui me font mal. Pas plus beaux que mon pied droit qui m'arrache des "aïe, mais merde !". Pas plus beaux que mes cernes... Mais les écrire m'apaise un tant soit peu. Mais les partager, c'est aussi avouer que parfois, dans mon voyage dans ce drôle de pays qui n'existe pas, je baisse les bras. Jamais très longtemps car ce n'est pas dans mon tempérament. Jamais très longtemps car j'ai mieux à faire que de regarder mon nombril (qui d'ailleurs n'est pas du tout moche... oui, j'ai un beau nombril, moi !). Jamais très longtemps car je souris déjà ! Dehors, il y a un grand soleil. La météo annonce de la neige pour ce week-end. Petite Chérie rentre ce soir à la maison. En vrai, elle est trop belle ma vie ! Je l'adore !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

9 juin 2021

Pause d'un instant... juste pour reprendre pieds. Tout débrancher et écouter de la musique. Celle que j'écoutais il y a tout ça d'années. J'avais 17 ans... et une moelle osseuse en pleine forme ! J'av

4 juin 2021

Quelle fut longue cette semaine... Demain, je mettrai le bouton sur pause... Heureusement. Ce soir, tout est lourd, bien lourd, trop lourd. Mes yeux se sont embués. Mes yeux ont pleuré. Cela ne m'éta

25 mai 2021

Pourquoi parler de ce voyage dans un drôle de pays qui n'existe pas ? Pourquoi partager ici cette expédition sans retour en "Thrombocytémie" ? Certains me qualifient d'impudique. Certains m'observent