Rechercher
  • Karin TL

23 juin 2021

Entre amertume et résignation... face à ce monde qui me semble tourner de plus en plus carré. Face à ces individus qui ne savent plus regarder les autres. Les apercevoir. Les entrevoir... ça, ils savent encore. Encore un peu. Mais prendre le temps de regarder, non ! Pas plus qu'ils ne savent écouter. Trop concentrés sur... plus important. Sur eux. Sur leurs carrières, leurs nombrils. Prendre le temps d'écouter, d'entendre, de regarder, c'est sans doute un luxe. C'est mon luxe ! Il me permet d'en apprendre tant sur moi, sur nous, sur vous, sur eux. Et tant pis si mon téléphone vibre, chargé d'appels en absence, de SMS sans réponse... Tant pis si le chronomètre de la vie tourne trop vite. Il n' y a rien de plus urgent que d'apprendre en écoutant, en regardant. Et ces individus qui ne savent plus regarder les autres ont le don de me faire partir en vrille. Je ne dis rien. Je ne leur dis rien - ils ne m'entendraient pas de toute façon -. Mais ils me laissent un goût amer au fond des yeux. Presque une envie de pleurer. Mais à quoi me servirait de pleurer sur ces gens qui ne savent plus vivre... ou peut-être qui ne veulent que juste vivre dans un monde qui ne sait que zapper, courir, toujours plus vite ? Je ne leur demande ni compassion, ni attention. Je n'en ai pas besoin. J'aimerais juste qu'ils réalisent à quel point certains ont besoin d'un regard, d'un mot pour continuer à avancer, pour continuer à espérer, à vivre. Et peut-être quand même un peu aussi pour m'aider à continuer à espérer que le monde pourrait tourner rond à nouveau... pour m'aider à continuer à rêver et à croire aux licornes !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Drôle de voyage qui me réserve encore des surprises. Encore et toujours. Jusqu'à quand... Il n'y a pas et n'y aura pas de limites. Vraiment jamais de limites à ce grand plongeon dans l'inconnu. Mais q

Aéroport de Saint-Denis de la Réunion. L'embarquement est pour bientôt, mais j'ai le temps de remercier ici ma moelle d'avoir déliré. La remercier car sans elle, je ne serais peut-être jamais venue ic

L'été s'envole. L'été s'efface... Un été qui fut joli, joyeux, sympa pour moi. Un été magique même, j'oserais dire ! Un été sans chimio. Peu à peu, mon corps a appris à respirer autrement. Plus librem