Rechercher
  • Karin TL

26 juin 2020

Oh mais c'est l'été ! C'est donc normal qu'il fasse chaud (même si 35° dans mon bureau c'est quand même un petit peu beaucoup). J'adore l'été. J'adore la chaleur... Mais c'est le premier été depuis le début de mon foutu voyage en Thrombocytémie, et j'ai l'impression que ma carcasse n'aime plus, mais plus du tout ! Ça pique, ça tire, ça fait trop mal... Mais pas question de céder aux couinements de ce petit corps malade : j'aime l'été et il faut qu'il fasse avec ! Au diable les couics, les couacs, les aïe et les ouilles ! - Petit corps malade, tu vas gentiment t'y faire. Je te donnerai quelques antalgiques, mais je ne te laisserai pas pourrir mon été. Et tu plieras, je te le dis ! Je continuerai à me moquer de mes mains qui ne ressemblent à rien en cas de crise... ah si ! mes doigts ont un air de boudins et le reste de ma main droite à un truc mollasson et flasque ! Je continuerai à pester après mes pieds, à les injurier à renfort des plus gros mots de l'univers ! Oui... je parle à mes pieds, à mes mains, à mes couics et mes couacs. Ça ne fait pas très sérieux, je l'admets ! Mais quel ennui que de vouloir vivre sérieusement... Un peu d'autodérision ne fait de mal à personne ! Rire - ou même juste sourire selon les jours - de mon aventure en Thrombocytémie, rien de tel pour dompter ma maladie. Je vis comme j'aime et ça c'est une chance inouïe. Je vis comme j'aime. Je suis heureuse. Plus encore qu'avant ! Au diable les couics, les couacs, les aïe et les ouilles ! :)))

1 commentaire

Posts récents

Voir tout

19 janvier 2020

Notes en vrac... Dans la série ça c'est fait... douleurs soudaines dans la main droite alors que j'étais sous la douche. Je lâche donc le pommeau de douche. Et hop, le temps que mon cerveau embrumé ré

14 janvier 2021

Voilà deux semaines qu'une année nouvelle a commencé. Je nous la souhaite jolie, au goût de chacun. J'ai pour ma part décidé qu'elle serait ponctuée de sourires, de rires, de bulles de champagne et de

16 décembre 2020

Ne plus voir le jour... c'est la juste expression - ou presque - qui colle à ma vie depuis quelques semaines. Course contre la montre et déluge de boulot se conjuguent avec "je débranche mon portable

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now