Rechercher
  • Karin TL

29 octobre 2019

Je ne savais pas... Je ne savais pas qu'un corps pouvait être si présent, si pesant... Pourtant... Pourtant, je me suis déjà coincé les doigts dans une porte, je me suis déjà cassé un genou, j'ai déjà accouché trois fois, j'ai déjà eu des rages de dents, j'ai déjà eu plein de bobos plus ou moins grands... Mais je ne savais pas. Maintenant je sais... Maintenant j'attends... J'attends qu'il se dérouille, qu'il se fasse un peu plus léger, un peu moins engourdi,... un peu plus discret ! Dès qu'il se fait oublier, je bouge, je gigote,... j'en profite un instant. Un instant. Rarement un moment... Puis couic et couac, mon corps se rappelle à moi. Je me pelotonne sous un plaid. J'ai mal. J'ai froid.... Je me pelotonne sous un plaid. J'ai mal. Je grelotte.... Je m'endors. Mon corps m'octroie alors une trêve... Douce sieste. Que je l'aime ! Même si, au réveil, je sais qu'il faudra que je marche lentement, que je prenne le temps d'attendre que mon corps se réveille à son tour. Puis le soir venant, chaque centimètre de mon corps se rappellera à moi. Je serrerai les dents. Je ferai comme si... Je ferai comme ça : je ferai lentement. Mais je ferai, car je veux vivre normalement - tant que faire se peut. Puis la nuit venant, je m'endormirai épuisée... Puis la nuit passant, mon corps se rappellera à moi. Je serrerai les dents... ou j'avalerai une pilule magique, si les larmes pointent leur bout du nez. Je me rendormirai un instant. Un moment, peut-être. Puis j'oublierai mon corps... et je m'envolerai dans mes rêves, loin, très loin de la Thrombocytémie, dans un pays sans couic ni couac, dans un pays sans plaid ni chimio, dans un pays sans sieste ni gélule... Avec un peu de patience, j'irai là-bas un jour. Je le sais. J'attends.

Posts récents

Voir tout

19 novembre 2020

Quand ça coince, ça coince ! Voilà plus de dix jours que ma moelle osseuse fait la fête, en version hyper dynamique, hyper active, donc hyper douloureuse. Etrange impression que de sentir ses os... co

6 novembre 2020

Dans la série "Faut pas pousser le bouchon Maurice", j'ai joué... et j'ai perdu. Rien de grave... mais zut de flute ! J'ai perdu ! J'ai joué à ignorer les méfaits de la chimio sur ma carcasse ! N'étan

3 novembre 2020

Notes en vrac : - Nous voilà tous déconfits d'être à nouveau confinés. Faut dire que les cons finis pullulent... - Mon protocole a été modifié lors de mon dernier rendez-vous avec le professeur Tourn

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now