Rechercher
  • Karin TL

3 décembre 2019

Étrange impression que celle d’être à la merci de mon corps, être esclave de ma carcasse... Hier fut une journée douce sans couac, à peine quelques petits couïcs le soir ! Le bonheur en 3 D. « Ça y est, je m’habitue à la chimio. » « Comme la maladie est stabilisée, je n’ai enfin plus de douleurs ! Eurêka ! » Je n’aurais pas du me réjouir... si vite.

Depuis ce matin, chaque geste est douloureux. Je suis rincée... Mais pas question de le montrer : je suis en mission. Une journée avec une bonne vingtaine de journalistes... J’ai mal aux mains. Mes chevilles brûlent. Pas question d’avaler de l’opium : je dois rester vive, dispo et souriante ! Personne ne peut voir ou savoir que je suis en kit - pire qu’un meuble suédois - : magie de cette maladie invisible ! Sauf peut-être ce teint gris-jaune qui va si mal à celles et ceux qui connaissent trop bien la chimio. Sauf ces ongles qui jaunissent toujours à cause de mes cachetons roses et verts... Mais ce matin, j’ai pris le temps de me barbouiller le visage pour avoir bonne mine. Mais ce matin, j’ai pris des gants car il fait froid. Nous sommes dans le bus... Le voyage aller. Le retour, pas avant 21h à Paris. Puis je regagnerai mon aire. Et demain, sera peut-être une jolie journée sans couac et même sans petit couïc. Je croise les doigts ! Allez, hop, on arrive à destination dans quelques minutes. Je me mets vite en mode sourires et bonne humeur... car il y a pire comme job que le mien. Au menu du jour : une journée au château !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

9 juin 2021

Pause d'un instant... juste pour reprendre pieds. Tout débrancher et écouter de la musique. Celle que j'écoutais il y a tout ça d'années. J'avais 17 ans... et une moelle osseuse en pleine forme ! J'av

4 juin 2021

Quelle fut longue cette semaine... Demain, je mettrai le bouton sur pause... Heureusement. Ce soir, tout est lourd, bien lourd, trop lourd. Mes yeux se sont embués. Mes yeux ont pleuré. Cela ne m'éta

25 mai 2021

Pourquoi parler de ce voyage dans un drôle de pays qui n'existe pas ? Pourquoi partager ici cette expédition sans retour en "Thrombocytémie" ? Certains me qualifient d'impudique. Certains m'observent