Rechercher
  • Karin TL

3 novembre 2020

Notes en vrac : - Nous voilà tous déconfits d'être à nouveau confinés. Faut dire que les cons finis pullulent... - Mon protocole a été modifié lors de mon dernier rendez-vous avec le professeur Tournesol... avec succès. C'est hallucinant ! Le fait de ne plus prendre un médoc uniquement le matin, mais d'en prendre une demie dose le matin et une le soir change tout. Mes douleurs semblent s'atténuer, sauf... quand je pousse le bouchon un peu trop loin comme Maurice (un petit poisson que les moins de tout ça d'années ne doivent pas connaître !). Car c'est sacrément tentant d'aller toujours plus loin... Je sais, je devrais me raisonner, me limiter, mais... c'est pas drôle ! Promis, je vais faire attention... même si...


- Pas question de baisser le bras et de se laisser envahir par la morosité ambiante : j'ai un toit, du chauffage, de quoi remplir mon frigo et surtout... je vis ! Donc je ris !

- J'aime, en cette période d'hiver arrivant, prendre le temps d'écouter vivre ma maison. Le bois craque. La cheminée crépite. En ligne, un prof explique au loin je ne sais quoi à Petite Chérie - qui rentrera bientôt à Paris pour reprendre ses cours en vrai... snif ! -. Dehors, un pugilat de poules. A moins qu'il ne s'agisse d'une réunion au sommet de nos volailles... Le silence tente de se faire un chemin. J'aime cette quiétude. Je l'adore. Prendre le temps d'écouter vivre son nid, son aire, c'est tellement doux ! Comme une caresse ponctuée de diamants. Mon trésor.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

27 juillet 2021

L'été semble bouder la Normandie. Le ciel gris ne cesse de pleurer. Il n'arrivera pas à me contaminer. Certainement pas, même ! Impossible de pleurer quand je suis en pétard. En pétard après tout et r

15 juillet 2021

Y a pas à dire, quand on est en kit, il ne vaut mieux pas être trop "princesse, pouet, pouet" et avoir une bonne dose d'autodérision en réserve ! Depuis dimanche dernier, mon œil droit a changé de cou

23 juin 2021

Entre amertume et résignation... face à ce monde qui me semble tourner de plus en plus carré. Face à ces individus qui ne savent plus regarder les autres. Les apercevoir. Les entrevoir... ça, ils save