Rechercher
  • Karin TL

4 novembre 2019

Je suis explosée, rincée, mais c'est fait ! Ce matin, j'ai eu une crise... d'aspiro ! Munie de mon engin à moteur fan de moutons et toiles d'araignées, j'ai arpenté les coins et les recoins de deux des étages de la maison. Le 3e ce sera pour un autre jour... une autre crise ! J'avais besoin que tout soit clean pour commencer cette nouvelle semaine. Que tout soit clean pour commencer cette nouvelle vie. Et oui, comme je l'ai réalisé cette nuit, ma nouvelle vie commence vraiment aujourd'hui. Terminées la course aux médecins, l'attente des diagnostics... Maintenant j'attaque la phase "suivi", toujours ponctuée de mes trois cachetons de chimio quotidiens, toujours ponctuée du comptage de mes bleus (je devrais dire hématomes, ça fait quand même plus pro !), toujours ponctuée de "aïe - ouille, putain de merde", sans oublier mon incontournable sieste, mes rendez-vous prises de sang, mes mails au professeur Tournesol en fonction des résultats hebdomadaires,... Maintenant j'attaque la phase "suivi" sans les va-et-vient de mes amours, sans les rires ou les gueulantes qui riment avec vacances scolaires. Mes grands sont retournés chez eux. Ma fée a retrouvé le lycée... La maison est bien vide, bien silencieuse. J'ai allumé un feu de cheminée. J'ai mis un gros pull. Ce matin, je me suis habillée en gris... gris souris. Une couleur toute en douceur comme je les aime. Toute en douceur comme ce parfum que je mets souvent en hiver quand j'ai besoin de calme, de chaleur, de soleil. J'oublie mon parfum pétillant et plein de verdure pour des fragrances sucrées et câlines. Maintenant j'attaque la phase "suivi" et ce savant dosage entre repos et boulot, que je vais devoir maitriser à la perfection si je ne veux pas m'user ni fermer boutique. Avec de jolis projets qui se teintent désormais dans ma tête d'un "pfff... ça peut attendre demain, ce n'est pas si urgent que ça". Avec de jolis projets qu'avant j'aurais menés tambour battant, sans m'imposer de limites. Maintenant j'attaque la phase "suivi" avec ces limites. Limites ou frontières ? Frontières ! Car ce mot est plus joli, plus exotique. Car ce mot convient nettement mieux à mon voyage en Thrombocytémie...

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

9 juin 2021

Pause d'un instant... juste pour reprendre pieds. Tout débrancher et écouter de la musique. Celle que j'écoutais il y a tout ça d'années. J'avais 17 ans... et une moelle osseuse en pleine forme ! J'av

4 juin 2021

Quelle fut longue cette semaine... Demain, je mettrai le bouton sur pause... Heureusement. Ce soir, tout est lourd, bien lourd, trop lourd. Mes yeux se sont embués. Mes yeux ont pleuré. Cela ne m'éta

25 mai 2021

Pourquoi parler de ce voyage dans un drôle de pays qui n'existe pas ? Pourquoi partager ici cette expédition sans retour en "Thrombocytémie" ? Certains me qualifient d'impudique. Certains m'observent