Rechercher
  • Karin TL

8 novembre 2019

Ne les montrez pas du doigt... Ne me montrez pas du doigt... Cette nuit, j'ai tout simplement eu envie de faire pipi. Un truc con qui arrive à tout le monde. 4h du mat'. Je sors de mon lit ou j'essaye. Mes jambes sont à la fois engourdies et douloureuses. Difficile de faire un pas. Puis un autre. J'avance lentement. Très lentement. Presque en glissant sur le parquet telle une patineuse (âgée la patineuse tout de même... ayant oublié que dans sa jeunesse la Biellman n'était pour elle qu'un simple exercice !)... Pause pipi. Retour toujours en patins à glace sans patins vers ma couette. Le sommeil ne vient pas. Ça fait mal. J'ai mal. Mal aux jambes, aux chevilles, au bassin, aux avant-bras, aux mains. Quelque soit la position que je prends, j'ai mal. Trop mal. Les douleurs classiques de la thrombo. Pas d'inquiétude à me faire. J'attends. 5h45... Je tends lentement un bras vers ma table de nuit. Elle est là la boite tentatrice... la boite salvatrice. J'hésite un instant. Mais j'ai mal. Et puis merde ! Mes deux médecins m'ont dit que je pouvais en prendre si je ne supportais plus la douleur. Et là je craque ! Oui, à 5h45, j'ai avalé un opiacé. Les médias montrent du doigt ce médicament et ceux qui les consomment. Mais je crois que les journalistes qui en parlent n'ont jamais eu mal. Pas question d'en gober tous les jours : je ne suis pas folle. Mais un de temps de temps. Un tous les quinze jours grand max, putain ça fait du bien ! Ne me montrez pas du doigt... car je sais ce que je fais. Je sais que ce matin, je peux pianoter sur mon clavier sans douleurs, je peux marcher sans avoir les larmes aux yeux... Ne me parlez pas de tisanes et autres pratiques médicales : j'assume mes choix, car je veux vivre... Vivre tout simplement comme vous !

Posts récents

Voir tout

19 novembre 2020

Quand ça coince, ça coince ! Voilà plus de dix jours que ma moelle osseuse fait la fête, en version hyper dynamique, hyper active, donc hyper douloureuse. Etrange impression que de sentir ses os... co

6 novembre 2020

Dans la série "Faut pas pousser le bouchon Maurice", j'ai joué... et j'ai perdu. Rien de grave... mais zut de flute ! J'ai perdu ! J'ai joué à ignorer les méfaits de la chimio sur ma carcasse ! N'étan

3 novembre 2020

Notes en vrac : - Nous voilà tous déconfits d'être à nouveau confinés. Faut dire que les cons finis pullulent... - Mon protocole a été modifié lors de mon dernier rendez-vous avec le professeur Tourn

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now