Rechercher
  • Karin TL

8 octobre 2019

Vous descendez au niveau moins 1, et c'est sur votre gauche. Le service est fléché. Je suis donc les flèches. Quelque peu incrédule. Jamais, ô grand jamais, je n'aurais imaginé me retrouver là un jour. Elle est jolie cette clinique de Neuilly. Tout le personnel est adorable. Et je suis là dans les couloirs à suivre les panneaux, ignorant que j'avais rendez-vous avec... avec je ne sais quoi d'horrible. Chimiothérapie. C'est marqué en gros. Je suis arrivée. Zen, car moi on doit me faire une perf de fer. Du fer, du vrai, qui va me booster. Du concentré d'épinards, mieux que les boites de conserves de Popeye... Il est trop mimi le fauteuil rose flashi dans lequel on m'installe. On me propose à boire, à manger... du sucré du salé. - Tout va bien, j'ai ma bouteille d'eau avec moi... Car depuis que j'avale mes gélules de chimio, j'ai soif tout le temps... Mais promis, je ne carbure qu'à l'eau ! Pas d'alcool ! (Pas question de tomber dans le marasme, de bannir mon humour à deux balles, sous prétexte que je dois ajouter des mots à mon vocabulaire quotidien, comme repos, chimio, dodo... qui rime heureusement toujours avec boulot !) Oups... ça piquouille. Enfin, ça ne fait pas vraiment mal. C'est juste impressionnant cette aiguille, ces tubes et ce joli liquide couleur rouille... Une grande respiration et je me plonge dans un bouquin (passionnant... "Je pense mieux "de Christel Petitcollin). Des pages sur l'hyperesthésie. Captivantes. Mais pas assez pour ignorer les bruits qui m'entourent. Les bip-bip des perfusions terminées. Les vomissements de l'homme dans le box d'à côté. Des pages sur l'hyperesthésie. Captivantes. Mais pas assez pour ignorer le regard plein d'amour de son épouse, qui appelle une infirmière. Ni la maigreur de cette autre femme au teint de cire, qui tente de remettre sa perruque droite tout en se dirigeant vers les wc, accrochée à sa perfusion. "Pourquoi les femmes mettent-elles des perruques alors que les hommes arborent leur chauvitude ?" Une question à la con comme tant d'autres qui, cet après-midi, me traversent la tête. Il y a cet homme, celui qui a dégueulé tripes et boyaux, qui me hante depuis tout à l'heure. Il n'est que l'ombre d'un homme, malgré ses Louboutin aux pieds. Je n'ai pas repéré les marques de ses fringues, mais pour ses pompes y a pas photo. Il n'arrive plus qu'à ouvrir un œil. Il n'a plus que la peau sur les os. "Vous avez été malade, car nous avons changé de protocole", lui explique le médecin. "Protocole", un drôle de mot pour dire "on vous a changé de poison, on vous a modifié vos doses de came." On ne lui dira pas : "On se demande bien pourquoi on vous administre tout ça, quand on regarde votre gueule, pauvre mec... Car t'as beau avoir des Louboutin aux pieds, t'es qu'un pauv mec face à la maladie. Tu n'es pas plus fort, ni plus riche que les autres. Tu dégueules comme les autres. Et franchement, tu crois que ça sert encore à quelque chose de te piquer comme ça quand t'arrives à peine à marcher ? Quand la seule différence entre un rescapé des camps et toi, c'est que tu es richement habillé ?" Les camps de la mort... Une clinique de Neuilly. Ils sont tous là pour se soigner. Non... : nous sommes tous là pour nous soigner. Pourtant... Pourtant, mardi prochain certains ne seront peut-être plus là. Moi, si ! Ma perf de fer hebdomadaire, je ne vais pas la zapper. J'ai l'impression qu'elle me donne des ailes : ce soir, je peux bouger comme un asticot ! Comme une envie de danser. Sans doute pour conjurer la mort, leurs morts... et faire une ode à la vie !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

9 juin 2021

Pause d'un instant... juste pour reprendre pieds. Tout débrancher et écouter de la musique. Celle que j'écoutais il y a tout ça d'années. J'avais 17 ans... et une moelle osseuse en pleine forme ! J'av

4 juin 2021

Quelle fut longue cette semaine... Demain, je mettrai le bouton sur pause... Heureusement. Ce soir, tout est lourd, bien lourd, trop lourd. Mes yeux se sont embués. Mes yeux ont pleuré. Cela ne m'éta

25 mai 2021

Pourquoi parler de ce voyage dans un drôle de pays qui n'existe pas ? Pourquoi partager ici cette expédition sans retour en "Thrombocytémie" ? Certains me qualifient d'impudique. Certains m'observent